A Champigny les pierres avaient déjà une odeur!

Publié le par Catherine et Marcel

Comble de l'ironie: la Roche du Diable près de l'ancienne carrière transformée en megadécharge à ciel ouvert par la Coved
Comble de l'ironie: la Roche du Diable près de l'ancienne carrière transformée en megadécharge à ciel ouvert par la Coved

Rotations et odeurs d'huile à Champigny

d'après Pierre Glaizal (cliquer ici)

A Champigny-sur-Yonne, en haut de la «Vallée des Moulins», le «Che­min de la Procession», venant du village, faisait un brusque coude vers le sud­-est. en un point où le cadastre de 1812 indiquait le climat de la «Pierre qui tourne». De ce point, dans la direction opposée, vers le nord-ouest, se dirige vers Chaumont le «Chemin de la Pierre qui Tourne» (la partie inférieure du chemin de la Procession a disparu, absorbée par les cultures). La pierre devait se trouver sur le coude, non loin de l'aqueduc de la Vanne, à 100 m au nord-­ouest de la cote 103.2. Plus rien n'indique qu'il y ait eu quoi que ce soit à cet endroit. Tout au plus pouvait-on voir sur la carte IGN au 1/25000 de 1981 une petite tache verte, indiquant un bosquet d'une dizaine d'ares.

En 1855 et 1856, l'abbé Prunier, sur ses deux fiches consacrées à Champigny, écrivit successivement sous la mention «La Pierre qui Tourne»: -n'existe plus», «sans renseignements» et «on tournait autour», en précisant tenir cela de l'instituteur du village .

Pour M. Marcel Courtial, maire adjoint de Champigny, la pierre a dû être cassée lors de la construction de l'aqueduc, vers 1865.

Ce n'est pas l'avis de M. Daniel Picot, de Chaumont, né en 1919, pour qui elle a subsisté jusqu'au remembrement de 1956: «J'ai idée de l'avoir vue: c’était un sablon de forme ronde, pas très haut: on disait qu'elle tournait. Elle a dû être enlevée au bulldozer.» M. Marcel Courtial, contacté au téléphone, con­teste la version de M. Picot et affirme ne rien avoir vu en cet endroit. Peut-être pourrait-on contacter la personne qui exploitait la parcelle en 1956?...

Dans un cas comme dans l'autre, ne reste de la Pierre que le toponyme, et à peine l'ombre d'une légende. Comme l'écrivait Charles Moiset: «Hâtez­-vous; les heures sont comptées. Encore un peu, traces et souvenirs de la vie de nos pères seront allés rejoindre les neiges d'antan ».

La "Pierre qui tourne" était également appelée la "Pierre aux prieux".

Remarquons ici le terme de «prieux» qui évoque les processions et nous renvoie au «chemin de la Procession» de Champigny. La pierre tournait-elle ? L'abbé Prunier a noté seulement ceci: «Curieux dicton: Va voir sentir la pierre aux Prieux, il paraît qu'elle sent l'huile» (21). La fantasmagorie laisse ici place à la farce: celui qui flai­rait la paroi de trop près pour vérifier devait recevoir une bonne tape derrière la tête. La même plaisanterie était d'ailleurs pratiquée à la «Pierre Sonnante» de Champigny-sur­Yonne. dont on disait qu'en y appliquant l'oreille on pouvait «entendre les cloches de la Cathédrale de Sens» (rapporté par Jean-Yves Prampart), et qui, elle aussi «sent l'huile» (témoignage de M. Marcel Courtial, de Champigny)...

A Champigny les pierres avaient déjà une odeur!
A Champigny les pierres avaient déjà une odeur!
A Champigny les pierres avaient déjà une odeur!