Le lourd tribut de Champigny au Rail

Publié le par Catherine et Marcel

D’après le Petit Journal du 9 septembre 1871

Le 1er septembre 1871 vers 8h30 du matin un train a déraillé à La Chapelle au lieu-dit de la « Pierre Blanche ». Il fit 11 morts (9 tués sur le coup) et plus de 100 blessés. Le train venait de Marseille, il était composé de marchandises, en l’occurrence des pièces de fontes et de wagons de voyageurs. Ces derniers étaient fermés de l’extérieur.

L’origine de la catastrophe était due à la rupture d’un essieu qui se détacha au franchissement d'un passage à niveau. Le wagon dérailla, les voitures qui suivaient, en vertu de leur vitesse acquise, vinrent se briser les unes contres les autres.

L’entretien du matériel ferroviaire n’était pas la priorité de l’époque. Les troubles de la guerre de 1870 avaient fait leur œuvre. Pourtant, c'est sur ce même réseau PLM que la première locomotive Crampton roulait et pouvait atteindre 120 km heures !

Le premier à se rendre sur les lieux fut Ernest Brissot avec l’instituteur de la Chapelle Arthur Evrat.

Au vu du nombre de morts, l’accident de La Chapelle fut un des plus graves de l’époque en ces débuts du chemin de fer. Il eut même un certain retentissement judiciaire: le Tribunal correctionnel de Sens condamna pénalement l'ingénieur en chef de l'exploitation de la compagnie à un mois de prison et 3000F d'amende pour non observation d'un règlement qui interdisait d'adjoindre à un train de voyageurs autorisé à rouler à 60 km/h des wagons dont la vitesse était limitée à 45km/h. Mais en appel, ce jugement fut infirmé.

Il faut savoir que l’on comptait un accident plus ou moins grave par mois.La plus importante des catastrophes fut celle de Meudon le 8 mai 1842. Un train venant de Versailles allant vers Paris a déraillé dans la tranchée de Bellevue faisant 55 morts et plus de 100 blessés dont le célèbre explorateur Dumont d’Urville ainsi que sa famille, ce qui causa un événement considérable pour l’époque.

Le PLM fut créé entre 1847 et 1857. Au départ la ligne Paris Tonnerre s’appelait la ligne impériale puis elle finit par être nommée la ligne infernale ! Elle fut inaugurée par l’empereur Louis Napoléon le 12 août 1849. Il n’y avait pas de gare desservant Champigny , il faudra attendre 1867 pour voir son ouverture.

Le chemin de fer fut réputé longtemps comme transport dangereux et un réflexe de crainte vis-à-vis de celui-ci était très répandu. Il fallut la grande catastrophe du Phylloxera qui détruisit le vignoble campestrien, ruinant bon nombres d’exploitations où il y avait beaucoup de « bricoles », petites exploitations de quelques perchets ou perchées* de vignes, 2 vaches et un ânes, pour que ceux qui avaient tout perdu entrent au PLM. C'est ainsi qu'il est devenu un grand pourvoyeur d’emplois.

Malgré cela, bon nombre d’anciens eurent encore un réflexe de méfiance sur la sécurité de ce genre de transport. Personnellement, je me souviens de mon arrière grand-mère qui avait 13 ans lors de la catastrophe. Lorsqu’elle se rendait en 1920 sur la tombe de ses fils mort pour la France en 1915 à Notre Dame de Lorette et d’autres en Champagne, elle ne voulait être assise que dans le sens de la marche car elle se sentait ainsi plus en sécurité.

73 ans après, le 14 juillet 1944, le mitraillage de la gare de Champigny fit plusieurs dizaines de morts et blessés. Nous y reviendrons dans un autre article.

Champigny a, pour sa part, payé un lourd tribut au RAIL !

Marcel Courtial

* un arpent = 42,21 ares soit 100 perchets ou perchées

Pour en savoir plus voir Georges Ribeill, De la vapeur aux caténaires, Genèse et Essor de la "Ligne impériale" dans la vallée de l'Yonne (1832-1950), Les Amis du vieux Villeneuve, Société d'histoire et d'Archéologie du canton de Villeneuve sur Yonne, 1995

une bricole: une vache, un âne, un ou deux arpents de vigne pour faire du vin blanc destiné à Paris

une bricole: une vache, un âne, un ou deux arpents de vigne pour faire du vin blanc destiné à Paris

Les solides campestriens du Rail

Les solides campestriens du Rail

Le lourd tribut de Champigny au Rail
La bannière bleue des cheminots catholiques

La bannière bleue des cheminots catholiques