Charles Huré (1639 -1717)

Publié le par Catherine et Marcel

Charles Huré (1639 -1717)

Au XVIIe siècle, un campestrien, fils d'un laboureur aisé, Charles Huré a fait partie des sympathisants du monastère de Port-Royal où Racine enfant se promenait , un livre à la main. Il s'y retira lui-même un temps et fut même un intime de Pascal. Il s'est illustré par ses travaux d'érudition historique, philologique et biblique. Il fut en particulier un remarquable professeur d'humanités au collège des Grassins puis au collège de Boncours ainsi qu'un éminent orientaliste. Il donna une édition latine du Nouveau Testament puis une édition française, une grammaire pour entendre le sens littéral des Écritures et enfin un dictionnaire de la Bible. Il est mort à l'âge de 78 ans et est enterré à Saint-Etienne du Mont qui fut longtemps une église janséniste à Paris avant la Révolution.

Le nécrologue de Port-Royal contient une notice biographique détaillée et Guilbert, un janséniste du dix-huitième siècle, auteur d'une histoire de Port-Royal donne encore quelques précisions utiles.

Et ses adversaires, les jésuites, ont également consacré dans leur Dictionnaire des livres jansénistes une petite analyse à l'une de ses œuvres, l'accusant d'être tout à la fois un calviniste et un rebelle potentiel!

Aujourd'hui, les disputes théologiques entre les jansénistes et les jésuites sur la grâce et la liberté sont bien oubliées mais les érudits du Grand Siècle ont aussi apporté leur contribution aux sciences humaines et nous les en remercions. Une rue de Champigny continue de témoigner de la mémoire de notre campestrien érudit.

Publié dans Personnalités