6 septembre 1943

Publié le par Catherine et Marcel

l'équipage du slightly dangerous
l'équipage du slightly dangerous

Champigny sur Yonne est le seul village français qui conserve les dépouilles de cinq aviateurs américains dans son cimetière et honore leur mémoire ainsi que celle de Marie Dumant victime civile du crash, chaque année le 6 septembre, devant une stèle qui leur a été consacrée en 1947 Une rue a même été baptisée rue du 6 septembre 1943, c'est dire si cet événement est devenu un lieu de mémoire!

Le village de Champigny fut occupé par les allemands du 17 juin 1740 à août 1944. La kommandantur était logée au "Gai-Logis" et les soldats dormaient au château et à l'école de La Chapelle .Il leur arrivait de piquer des patates, notamment chez madame Percheron car ils raffolaient de "l'abondance de Metz "qui est considérée en France comme une patate très productive mais de peu de saveur, une "patate à cochon". Lorsque monsieur Alphonse Gallot maçon et musicien faisait ses gammes à la basse, il ne manquait pas l'occasion d'interpréter l'internationale ou la marseillaise, au passage des allemands.

Sur la période de l'occupation, voir le témoignage de monsieur Roger Pruneau sur le site de l'Acep et sur la libération voir le récit anonyme complété par le témoignage de monsieur Michel Grégoire. L'ensemble du dossier a été mis en forme par monsieur Bruno Digard.

Que s'est-il passé dans la journée du 6 septembre 1943?

De nombreux avions britanniques et américains se sont écrasés dans le département de l'Yonne durant la dernière guerre 39-45. Parmi eux un avion B17F, le bombardier le plus connu de la guerre, (l'ancêtre de nos Boeings), de la 560ème escadrille du 388th Bomber Group de l'Us Air Force, le "Slightly Dangerous" s'est écrasé à La Chapelle Champigny, le 6 septembre 1943.La forteresse volante faisait partie d'une formation qui avait quitté Knettishall en Angleterre pour aller bombarder le centre industriel d'armements à Stuttgart en Allemagne . C'est à son retour que le "Slightly Dangerous" a été descendu par un des 6 chasseurs allemands Focke-Wulf 190 à ses trousses.

Touché par un obus de 20 mm incendiant ses réserves d'oxygène, il est tombé dans le haut de La Chapelle-Champigny, rue de Beaumont. Sur les 10 membres de l'équipage, 5 ont été tués sur le coup et une campestrienne, Madame Marie Dumant a été mortellement blessée alors qu'elle regardait les événements à sa fenêtre.

Les 5 aviateurs survivants ont réussi à sauter en parachute avant le crash. Le pilote Demetrios Karnesis s'échappa à travers les bois de Champigny après avoir dissimulé son parachute sous un buisson. C'est la famille André de la ferme de Chapitre qui l'a caché dans une cave creusée dans la roche (la cabane de la forêt à Magloire) et qui l'a mis en contact avec un réseau local de résistance. Il put rejoindre ainsi l'Angleterre à la fin du mois d'octobre. Le copilote John W.George fut recueilli par la résistance du Loiret et gagna Londres grâce à une personnalité de la résistance française.Richard Loveless, l'un des mitrailleurs qui se distingua en abattant deux chasseurs allemands durant la bataille, se cassa une jambe en sautant de la carlingue en flammes. Il fut hébergé par la famille Bouchy mais ayant été repéré par les allemands, il fut capturé quelques jours après et emmené à Sens. De là il fut transféré dans un stalag le 15 septembre. Les deux autres parachutistes survivants furent malheureusement immédiatement accueillis par les allemands.

C'est en 1947 que le maire Louis Marcel Cornu a pris l'engagement de cette commémoration annuelle et fait ériger un monument rue de Beaumont à la Chapelle Champigny.

Une réplique de la forteresse volante B17F, baptisée Pink Lady a survolé le cimetière l'année dernière en mémoire du 6 septembre 1943. Le Pink Lady a fait des apparitions dans plusieurs films comme la Grande Vadrouille, la Bande à César ou Memphis belle. Depuis peu, il a pris sa retraite dans un superbe hangar au Musée volant où vous pouvez toujours l'admirer.

Les récits du pilote le 1er lieutenant Demetrios Karnezis et du co-pilote le 2ème pilote, le 2ème lieutenant John W. George, survivants et évadés, sont les sources plus fiables et les plus intéressantes:

Monsieur Arnaud Prudhomme les a traduits pour un numéro d'Air Magazine en 2007 dont nous donnons quelques reproductions ci-dessous. Son article est basé sur le dossier préparé par Gérard Gallot(en ligne).

Le parachute caché sous le buisson à la lisière de la forêt a été récupéré par monsieur Bénard dit "Bijou". Sa toile a permis de confectionner des chemises et notamment une robe de baptême ou de mariage. Mais nous ne savons pas ce qu'est devenu le coussin du mitrailleur qui a longtemps séjourné sur un rayonnage de boites d'archives de la mairie.

Vous pouvez également lire une autre traduction du premier du récit du lieutenant Demetrios Karnezis par monsieur Brunel sur son site toujours d'après le dossier préparé par monsieur Gérard Gallot :

http://champigny.89.free.fr/B17.htm

Pour en savoir plus voir les sites suivants:

Dossier Gérard Gallot

http://francecrashes39-45.net/page_fiche_av.php?id=1472

http://airforce.togetherweserved.com/usaf/servlet/tws.webapp.WebApp?cmd=ShadowBoxProfile&type=AssignmentExt&ID=254165

Un timbre a été édité l'année dernière à l'occasion du 70ème anniversaire:

http://cps89.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=70:tam-b-17-q-slightly-dangerousq&catid=24:a-vendre&Itemid=86

Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007
Air Magazine n°37 mai 2007

Air Magazine n°37 mai 2007

les balles de la mitralleuse du Shlightly Dangerous trançantes, perforantes et explosives récupérée par monsieur Michel Heusch

les balles de la mitralleuse du Shlightly Dangerous trançantes, perforantes et explosives récupérée par monsieur Michel Heusch

éclat de la DCA retrouvé à l'intérieur de la carlingue (Michel Heusch)

éclat de la DCA retrouvé à l'intérieur de la carlingue (Michel Heusch)

Morceau du Shlightly Dangerous avec sa couleur d'origine (Michel Heusch)

Morceau du Shlightly Dangerous avec sa couleur d'origine (Michel Heusch)

lingaphone du pilote récupéré par Jacques Limoges

lingaphone du pilote récupéré par Jacques Limoges

gant  d'un des aviateurs avec les résitances électriques et les branchements à l'intérieur (Jacques Limoges)
gant  d'un des aviateurs avec les résitances électriques et les branchements à l'intérieur (Jacques Limoges)
gant  d'un des aviateurs avec les résitances électriques et les branchements à l'intérieur (Jacques Limoges)

gant d'un des aviateurs avec les résitances électriques et les branchements à l'intérieur (Jacques Limoges)

blaireau d'un des aviateurs avec les encoches de ses missions (Michel Heusch)

blaireau d'un des aviateurs avec les encoches de ses missions (Michel Heusch)

fourchette qui a servi aux vétérans allemands qui gardaient l'avion

fourchette qui a servi aux vétérans allemands qui gardaient l'avion

l'un des 5 billets de 100 francs qui se trouvait dans la pochette de survie des aviateurs (Michel Heusch)

l'un des 5 billets de 100 francs qui se trouvait dans la pochette de survie des aviateurs (Michel Heusch)

carte de France et carte d'Allemagne  imprimées sur des pochettes de soie (Michel Heusch)
carte de France et carte d'Allemagne  imprimées sur des pochettes de soie (Michel Heusch)

carte de France et carte d'Allemagne imprimées sur des pochettes de soie (Michel Heusch)

Publié dans Commémoration 39-45