Champigny

Publié le par Catherine et Marcel

Champigny, Campanius ou le domaine de la grande plaine. Le village de Champigny s’est installé entre la plaine alluviale située près de la rive gauche de l’Yonne, et le penchant d’une colline dominant la localité. La voie romaine de Sens à Paris passait au hameau des Bordes.

Citant les fouilles de Prampart, Delor signale de nombreuses traces d’occupations anciennes depuis la Protohistoire. La liste des noms anciens est homogène : Campaniacum (IXe), Campigniacus (872), Campigniacum (1272), Champigny (1295), Champigny-sur-Yonne (1389).

La forme d’époque carolingienne, suffixée en « -acum » pourrait être lue : le domaine, la ferme de Campanius, du nom de son fondateur ou de son propriétaire, selon une thèse chère à d’Arbois de Jubainville, partagée par Dauzat et Nègre.

Taverdet envisage une piste différente de l’explication systématique par le nom d’homme gallo-romain Campanius. Ainsi, Champigny pourrait être un « dérivé de « campania », la champagne, terre cultivable et plane par opposition aux terres fermées par des haies ». Une hypothèse partagée aussi en Eure-et-Loir par l’abbé Villette (Champigny-en-Beauce) et le chanoine Mégnien, auteur d’une histoire de Champigny. Joanne mentionne en France 25 localités du type Champigny, Champigné, Champignelles et Champignolles.

La Borde (signalée en 1449), est un hameau de Champigny désignant le domaine isolé. Autre hameau, celui de La Chapelle, nommé, dès 1275, La Chapelle-feu-Payen, du nom d’un chevalier fondateur. Beaumont, La Tuilerie, le Vau, La Ruelle nous parlent encore. S’agissant du fief des Barres, l’appellatif a le sens de barrière, un endroit où il fallait acquitter un droit de passage. Le Chapitre renvoie aux chanoines de la cathédrale de Sens, propriétaires de biens fonciers à Champigny. Mégnien signale encore : Le Thurot, le Port-Fouquet, et le Paradis-aux-Ânes.

Pierre Millat

L'Yonne Républicaine 27 novembre 2010

Champigny

Publié dans Lieu dit